Fermer


les frères troubouch

Communauté de communes du Plateau Picard (60) - 03 44 77 38 66
samedi 8 juin à 18h30
Festival de printemps - Léglantiers


Fermer



présentation de saison



Fermer



présentation de saison



Fermer


les frères troubouch

Communauté de communes du Plateau Picard (60) - 03 44 77 38 66
dimanche 9 juin à 16h30
Festival de printemps - Léglantiers


Fermer


les frères troubouch

Communauté de communes Somme Sud-Ouest (80) - 03 22 90 19 65
dimanche 30 juin à 15h30
Bacouel-sur-Selle


Fermer


les frères troubouch

Abbeville (80) - 03 22 20 26 80
vendredi 19 juillet à 18h


Fermer


bienvenue en corée du nord

Communauté de communes des 7 vallées (62) - 03 21 86 45 29
mercredi 26 juin à 20h30
Théâtre Saint-Martin - Beaurainville


Fermer


conférence et concert autour de Barbara

19h : conférence de Stéphane Hirschi
20h : concerts de l'Amie V. et Amélie Delacroix


logo comédie de picardie

facebook twitter newsletter

huis clos

de jean-paul sartre
mise en scène : jean-louis benoit

avec : marianne basler, antony cochin (distribution en cours)

scénographie : jean-louis benoit et antony cochin
lumières : jean-pascal pracht
costumes : marie sartoux

jean-paul sartre (1905-1980)

Écrivain prolifique et philosophe de l’existentialisme, compagnon de Simone de Beauvoir, on lui doit de nombreux textes philosophiques marquants, L’être et le néant (1943), L’existentialisme est un humanisme (1945), mais aussi des nouvelles et romans La nausée (1938), Le mur (1939), et des autobiographies Les mots (1964). Il est également l’auteur de plusieurs pièces, dont Les mouches (1943), Huis clos (1944), Les mains sales (1948) et Les séquestrés d'Altona (1959).

Production : La compagnie de Jean-Louis Benoit

Coproduction : Comédie de Picardie

La compagnie de Jean-Louis Benoit est conventionnée par la DRAC Île-de-France
J ean-Louis Benoit éclaire l'enfer du regard de l'autre, de la dépendance à autrui. Avec Marianne Basler…

Publié à la suite de L’être et le néant, Huis clos apparaît comme une mise en situation implacable, profondément vivante, de la pensée existentialiste.

Un salon style Second Empire. Pas de miroir, pas d’issue : sous le regard des autres et avec les yeux grands ouverts, chacun des trois personnages de Huis clos, déjà mort, est condamné. « Pas besoin de gril : l’enfer, c’est les Autres. » reconnaît Garcin. Accueillis par un énigmatique garçon d’étage qui a l’air de bien connaître sa clientèle, Garcin, journaliste-publiciste, Estelle, jeune mondaine, et Inès, ancienne employée des Postes, sont ensemble pour l’éternité.

« Je suis regardé dans un monde regardé » : s’il existe un endroit où le sens de cette phrase de Sartre résonne particulièrement, c’est bien sur une scène de théâtre. Jean-Louis Benoit ravive « la “bonne santé“ de cette pièce où l’on ne renonce jamais, où l’on ne s’ennuie jamais. » Avec comme lieu de l’action la scène elle-même, métaphore de l’enfer, monde de masques et de mensonges, où demeurent des restes d’anciens décors, où une porte close marque la frontière avec la vraie vie.

Au fil du récit qui démasque leurs actes criminels, les personnages laissent émerger une veine comique. « Je tiens beaucoup à ce que l’énergie féroce qu’ils déploient tout au long de leurs confrontations soit jouée avec passion... et humour. » confie le metteur en scène, qui excelle dans son théâtre à conjuguer d’audacieux contrastes.

COMÉDIE DE PICARDIE

62 rue des Jacobins
80000 Amiens
Tél. : 03 22 22 20 20
drac hauts de france


© Comédie de Picardie - Scène conventionnée d'intérêt national pour le développement de la création théâtrale en région
| Crédits | Création graphique : tri-angles |